Pourquoi courir fait du bien ?

Article Psychologies Magazine

S’il est parfois difficile de trouver la motivation pour aller faire un jogging, on en ressort généralement épuisé mais ravi. Comment expliquer les bienfaits de la course à pied sur notre psychisme ? Le point avec Romain Beaufort, médecin du sport et Aziz Essadek, docteur en psychologie sportive.

Courir, de la douleur au plaisir

Tous ceux qui ont déjà couru l’ont ressentie : cette sensation d’apaisement, de plénitude, après avoir parcouru quelques kilomètres. Pourtant, a priori, avant de faire du bien, courir fait mal. Douleurs musculaires, poumons qui brûlent, sensation d’être parfois au bord du malaise… Pour certains, footing rime même avec « torture ». Jusqu’au second souffle. Et au grand plaisir éprouvé. « Courir est un jeu socialement conventionné, qui implique certaines règles : trouver la motivation, dépasser la souffrance… Elles semblent contraignantes, mais c’est tout le contraire, observe Aziz Essadek, docteur en psychologie sportive. Une fois que ces codes ont été intégrés, ils ne sont plus vécus comme problématiques. »

Au contraire, les joggeurs découvrent des millions de manières de s’exprimer : ils vont pouvoir courir plus ou moins vite, seul ou à plusieurs, sur de longues ou courtes distances, avec des obstacles plus ou moins importants…

Lire la suite de l’article de Psychologies Magazine